Système provinciaux d’évaluation et de reconnaissance des acquis (ÉRDA) du Québec

La politique du Québec est d’accorder des crédits pour la formation pratique reconnue et pour l’expérience de travail acquise, ceci conformément aux Règlements en vertu de la Loi sur la formation et la qualification professionnelles de la main-d’œuvre et aux règlements connexes sur l’industrie de la construction.

Détermination du maximum de crédits accordés :

  1. Pour les métiers réglementés régis par le ministère de l’Emploi et de la Solidarité sociale:

    Des crédits sont accordés pour des activités de formation pratique reconnues pertinentes au métier.  Par ailleurs, la personne pourra se voir dispenser de suivre les activités de formation obligatoires si la formation pratique suivie est équivalente. Le fait d’avoir suivi une formation pratique pertinente pourrait permettre à la personne de compléter plus rapidement son guide d’apprentissage sous la supervision d’un formateur détenteur du certificat pertinent en établissement et ensuite de passer son examen de qualification, dans le respect du nombre minimal d’heures d’apprentissage exigé. Pour l’expérience de travail, toutes les heures jugées pertinentes au métier peuvent être créditées. Les activités pertinentes de formation pratique et d’expérience de travail sont celles liées aux tâches du métier telles que définies par la loi.

    Des formateurs privés peuvent aussi voir leur formation théorique ou pratique reconnus en faisant parvenir leur matériel pédagogique à Emploi-Québec, qui verra à en faire l’analyse.

  2. Pour les métiers réglementés de la construction régis par la Commission de la construction du Québec (CCQ) :

    Le maximum de crédits d’heures accordés pour une formation reconnue est fixé en fonction du nombre de périodes d’apprentissage que comporte le métier. Ainsi, les crédits d’heures sont alloués selon la règle suivante :

    • 4 périodes d’apprentissage et plus 1 800 heures
    • 3 périodes d’apprentissage 1 500 heures
    • 2 périodes d’apprentissage 1 200 heures
    • 1 période d’apprentissage 900 heures

    1 période d’apprentissage 900 heures. Trois métiers font exception à cette règle. Le maximum d’heures créditées pour le ferblantier et le mécanicien industriel (de chantier) est de 1 800 heures, et celui pour l’électricien est 2 400 heures, dont 1 800 heures au niveau secondaire et 600 heures au niveau collégial en autant qu’ils sont pertinents au métier.

Méthodes d’attribution des crédits d’heures à la formation :

Le nombre d’heures de crédits alloués est appliqué au choix du candidat, soit au début de son apprentissage, soit placé en réserve dans une autre période. Au besoin, le candidat peut déplacer ses crédits placés en réserve.

Établissements d’enseignement reconnus :

Les établissements d’enseignement reconnus pour les programmes d’études professionnelles le sont par le ministère de l’Éducation du Québec; au niveau secondaire, il s’agit principalement des commissions scolaires, et au niveau collégial, il s’agit des collèges d’enseignement général et professionnel (cégep) autorisés à offrir la formation.

Le Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles (MICC) déterminera les équivalences qui pourront être accordées pour les cours suivis à l’extérieur du Québec, si les établissements d’enseignement concernés sont reconnus par les autorités compétentes.

Lorsque la formation suivie soulève un doute quant à sa reconnaissance, les documents doivent être soumis à Emploi-Québec pour les métiers dont il a la responsabilité ou à la Commission de la construction du Québec pour les métiers de la construction.

Date de modification :